Ce qu’une politique des quotas peut faire au milieu sportif ? Le cas de la France.

Depuis une dizaine d’années, l’état français, conscient de la sous-représentation des femmes dans les instances dirigeantes des fédérations sportives françaises, s’engage (via le ministère en charge des sports) dans une politique dite de “quotas” pour promouvoir et augmenter, sous l’effet de la loi, la “féminisation” des conseils d’administration (ou conseils fédéraux). Deux olympiades après la mise en application de la première loi des quotas (2014), les progressions quantitatives sont au rendez-vous puisque les femmes élues sont passées de 26,5% en 2013 à 38,5% en 2021.

L’objectif de la conférence sera de discuter des enjeux et limites de ce type de politique en vue d’améliorer durablement d’une part l’accès des femmes aux postes de leadership politique (approche quantitative) et aux pouvoirs décisionnels associés (approche qualitative).

Cet événement est réalisé en partenariat avec l’Institut National du Sport du Québec et est rendu possible grâce à la participation financière du Gouvernement du Canada.

Est-ce pour vous ?
  • Professeurs et chercheurs
  • Professionnels du milieu sportif
  • Étudiants en management du sport
Détails :
  • Format : midi-conférence
  • Date : 16 mai 2022
  • Duré : ~ 1 heures – 12h00 à 13h00
  • Plateforme : virtuel (Zoom)
  • Tarif : gratuit (inscription obligatoire)
  • Professeur : Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Maîtresse de conférences à l’UFR STAPS de l’Université Lyon 1 et Directrice adjoint du LVIS-EA7428-Lyon 1.
Inscrivez-vous

Invitée : Cécile Ottogalli-Mazzacavallo
Maîtresse de conférences à l’UFR STAPS de l’Université Lyon 1 et Directrice adjoint du LVIS-EA7428-Lyon 1.

Cécile Ottogalli-Mazzacavallo est experte d’histoire du sport et d’études de genre appliquées au sport. Elle travaille sur les inégalités d’accès, de traitement et de reconnaissance à l’égard des femmes dans le mouvement sportif français et sur les stratégies individuelles et/collectives de lutte contre ces inégalités. Elle est directrice adjointe du L-VIS et responsable d’un parcours de master, inédit en France, en études de genre appliquées au sport, le master Egal’APS de l’Université Lyon1.