Les organisations de sport et de loisir ne sont pas à l’abri de scandales, de malversations, d’enjeux éthiques ou de crises concernant leur gestion et/ou leurs activités. Dans les dernières décennies, les exemples malheureux de manque d’éthique et de mauvaise gouvernance dans les organisations sportives ont marqué les esprits et parfois fait les manchettes. Ces évènements peuvent avoir des effets désastreux pour ces organisations, et provoquer la méfiance et le désengagement des parties prenantes envers ces organisations et envers le milieu du sport en général. Ce constat nous place devant une nécessité : Comment améliorer l’éthique et la gouvernance des organisations sportives?

Cette formation abordera donc le sujet de la gouvernance éthique des organisations de sport et de loisir, en amorçant un dialogue constructif entre des acteurs du domaine afin d’échanger sur les meilleures pratiques et les pistes d’amélioration souhaitables. De façon générale, nous verrons comment une saine gouvernance est un élément central de la gestion éthique des organisations sportives.

Plus spécifiquement, nous aborderons les thèmes suivants :

  • Pourquoi parler de saine gouvernance et d’éthique au sein des organisations de sport et de loisir?
  • Qu’est-ce qu’une saine gouvernance?
  • Quels sont les rôles et responsabilité du conseil d’administration et des administrateurs en matière d’éthique?
  • Quelles sont les meilleures pratiques pour une gouvernance éthique des organisations de sport et de loisir?
  • Quelles sont les difficultés et barrières vécues dans les organisations pour améliorer les pratiques de gouvernance et d’éthique? Comment les surmonter?
Animé par : Joé T. Martineau, Ph.D.
Joé T. Martineau

..
Joé T. Martineau est professeure d’éthique organisationnelle au Département de management à HEC Montréal. Ses intérêts de recherche, d’enseignement et d’intervention en organisation portent sur les questions d’éthique et de gouvernance touchant les organisations privées, publiques et du secteur de la santé.

Ses travaux l’ont notamment menée à réfléchir à la composition des programmes d’éthique et à la diversité des pratiques de gestion éthique dans les organisations, ainsi qu’aux différents facteurs qui influencent la réflexion et le comportement éthiques des acteurs organisationnels. 

Plus récemment, ses travaux et intérêts de recherche sont centrés sur la neuroéthique organisationnelle, l’empathie dans la gestion, ainsi que sur les enjeux d’éthique et de gouvernance liés à la participation citoyenne dans l’administration et la recherche en santé.

Elle est membre associé de l’Unité de recherche en éthique pragmatique de la santé, Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), membre régulier de l’Institut d’éthique appliquée (IDÉA), Université Laval, et membre régulier de l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA).